Follow me:
    13

    Wish List de Noël

    Cette année, c’est décidé je me fais une wish list de Noël des cadeaux que j’aimerai m’offrir. Oui oui, vous avez bien lu : je m’offre des cadeaux à moi-même. C’est gratifiant et cela fait du bien au moral. Essayez ; vous allez adorer penser à vous.

    Depuis la naissance de Mai Lan mes goûts et mes envies ont changé. J’ai envie d’être cette maman cool bien habillée et bien dans sa trentaine (qui approche à grand pas). Cette envie de renouveau est venue après mon accouchement où j’ai tout simplement failli jeter tous mes vêtements par la fenêtre pour écrire une nouvelle page vestimentaire. Je craque complètement pour les jupes et les robes pour remplacer mes éternels jeans slims. Pour le moment, je n’ai pas encore trouvé mon bonheur. Cela vient sûrement du fait qu’il me reste encore un tout petit bout de ventre à perdre pour me sentir de nouveau complètement moi.

    Cette wish list de Noël se veut aussi cocooning car depuis quelques jours je souffre beaucoup de mon dos malgré deux séances chez l’ostéopathe. Quoi de mieux que de prendre soin de soi et de sa peau après avoir mis son corps à rude épreuve ? sans-titre-18

     

    Et vous quelle est votre whish list de Noël ? 

    1. Montre rose gold « Mesh » Campina- Kapten & son 179 euros / 2. Sac en cuir M – Maje 195 euros / 3. blouson en cuir BASS – Maje 395 euros / 4. Combi-pantalon noir – Comptoir des cotonniers 210 euros /  5. Contour des yeux à l’avocat – Khiel’s 27 euros / 6. Enceinte Bluetooth grise – Kreafunk 69 euros / 7. Soin massant The comforter – Lush 115 euros / 8. Soin Superdefense SPF 20 peau très sèche à mixte – Clinique 57,95 euros / 9. Pull Mums run the world – Lucky Mum 45 euros

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    nos plus belles mésaventures en voyage

    Nos plus belles mésaventures en voyage

    Voyager c’est le rêve ? Vraiment ?
    Si, on garde des souvenirs incroyables en mémoire et qu’on revient avec des étoiles pleins les yeux, on connait aussi quelques ratés. Voici nos plus belles mésaventures en voyage !

    • Minorque – septembre 2013

    Minorque a été notre premier beau voyage en amoureux et pour tout vous dire, nous avons adoré cette île. Le voyage s’annonçait exceptionnel jusqu’à ce que nous arrivions à l’aéroport de Mahon.
    La compagnie avait tout simplement oublié une de nos valises à Lyon. Nous avions avec nous celle contenant toutes nos affaires de camping tandis que l’autre remplie de nos vêtements a mis 36h à arriver.
    Il nous a donc fallu attendre un peu pour piquer notre première tête dans la mer !

    Minorque et ses plages à tomber

    Minorque et ses plages à tomber

     

    • New York – Octobre 2014 – Match des Knicks

    Je crois que si nous devions désigner La mésaventure en voyage de l’année 2014, ce serait celle là. Aujourd’hui nous en rions mais sur le coup nous étions plutôt contrariés.
    Pour résumer, avant de partir aux Etats-Unis nous avions pris nos places pour le seul et unique match des Knicks au Madisson Square Garden pendant notre séjour. Notre planning était simple : le lundi nous visitions la High Line et le soir nous allions au match. Seulement voilà, la météo étant mauvaise ce jour là alors nous avons inversé nos visites prévues avec celles du mardi. Vous sentez le souci venir ?
    Imaginez notre tête quand nous sommes rentrés le lundi soir de notre visite du Brooklin Bridge et que nous nous sommes rendus compte qu’en inversant les jours, nous avions loupé le match.

    Et voilà comment nous avons jeté 120 dollars par la fenêtre.

    Brooklyn Bridge

    Brooklyn Bridge

    • New York – Octobre 2014 – Coney Island

    Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? New York a été un séjour riche en rebondissement.
    Nous sommes toujours la même semaine, le lundi équivaut au match manqué et là nous sommes le mercredi. Ce jour là, nous allions à Coney island prendre un peu l’air. Le matin, je percute quand même un peu. « Attends je vais quand même vérifier que c’est ouvert vu le fail de lundi ». Vous sentez encore la chose venir ?

    Et oui, Coney Island était fermé. Comble de malchance, en hors saison ce parc n’est ouvert que le weekend excepté cette semaine là pour une raison qui nous échappe – sans doute une fête – il était également ouvert le lundi et le mardi ! Nous étions mercredi, nous y sommes quand même allés.

    Coney Island

    Coney Island

    • Londres – Mai 2015

     

    Pour cette dernière mésaventures en voyage, je vais vous parler de Londres qui était notre dernière escapade en amoureux à l’étranger avant mon accouchement. Nous voulions trouver un endroit cosy pour que je puisse me reposer au besoin et dans notre quartier favoris ; Notting Hill.
    C’est sur cette idée que nous nous sommes lancés à la recherche du logement parfait. Nous avons trouvé sur AirBnb un appartement partagé mais avec salle de bain privative. Il semblait parfait sur le papier.
    En arrivant quelle déception. Le lieu était sale, la porte de notre chambre ne se verrouillait pas, la décoration contrairement aux photos était inexistante, l’appartement était en sous sol. Les hormones, la déception mélangées à la fatigue ont fait que j’ai pleuré pendant tout l’après-midi. Morale de l’histoire : Londres et ses logements L’HORREUR !

    Londres

    Londres

    Pour conclure cette anecdote sachez que nous avons contacté le propriétaire de l’appartement pour lui faire part de notre mécontentement. Il nous a proposé une annulation/remboursement de notre réservation. Avant d’accepter nous avons cherché un autre logement. Nous avons logé dans un sublime appartement loué une bouchée de pain comme c’était de la dernière minute. Vous le trouverez ici :  HAPPY END.

     

    Et vous, quelles sont vos pires anecdotes de voyages ?

     

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    13

    Le tire-allaitement – Mon témoignage

    Aujourd’hui, j’avais envie de partager et d’échanger sur un sujet qui me tient à coeur et qui est particulièrement méconnu : le tire-allaitement.
    Derrière ce mot pas franchement sexy se cache un choix pour certaines et un non-choix pour d’autres.

    Alors, le tire-allaitement c’est quoi ?

    Tout simplement, donner du lait maternel sans donner le sein ; donner le biberon sans donner de lait artificiel. Lorsque vous pratiquez le tire-allaitement, vous nourrissez votre bébé exclusivement au lait maternel grâce à un tire-lait. C’est un substitut au sein et une alternative pour celles qui ne veulent pas/ peuvent pas / n’arrivent pas / ne veulent plus allaiter (totalement ou partiellement) mais qui désirent nourrir leur bébé au lait maternel.

    Vous en aviez jamais entendu parler ? C’est normal, c’est une pratique méconnue, et entre nous, pas vraiment reconnue. Pour tout vous dire, il m’a fallu près de 2 mois et demi pour mettre un nom sur ce que je vivais donc autant de temps pour trouver des témoignages de femmes vivant/ressentant la même chose que moi. C’est pour cela que je tenais aujourd’hui à vous parler de ce que je traverse depuis bientôt 3 mois.

    Mon histoire

    Tout est parti de l’allaitement qui n’a pas marché. Durant mon séjour à la maternité, j’ai tout entendu. Ma faute. Sa faute. Notre incompatibilité. Pire, au lieu d’être accompagnée dans le choix de l’allaitement on m’a peu à peu mise de côté. Il était évident qu’au bout de 6 jours d’hospitalisation nous étions censées savoir faire, sans aide, sans déranger.

    Pendant ces premiers jours, on m’a proposé le tire-lait pour que je puisse quand même lancer ma lactation en attendant que l’allaitement se mette en marche. A mon retour à la maison, j’ai été suivie de près par ma sage-femme qui a su me rassurer, m’encourager et m’aider pour reprendre les mises au sein.
    Cette dernière tentative a marché un temps avant de se transformer sans prévenir et de façon très violente en échec cuisant.

    Il a fallu accepter que les hurlements de mon bébé conjugués avec mes crises de larmes n’apportaient rien de bon. Le cocktail était explosif et mon moral baissait à vue d’œil. La décision a été déchirante à prendre mais voilà… nous avons arrêté les frais et stoppé l’allaitement.

    tire-allaitement avec Mai Lan« Ne culpabilise pas. Ce n’est pas de ta faute, ce n’est pas de la sienne. »

     

    Depuis, j’ai repris mon tire-allaitement et à l’heure où j’écris ces lignes je ne l’ai toujours pas arrêté. Cela m’a demandé une grande rigueur et je me suis imposée une discipline de fer pour qu’il marche. Pendant les premières semaines nous étions à 7 biberons par jour. En parallèle, je devais tirer mon lait de jour comme de nuit afin qu’elle n’en manque jamais. Je passais 30 minutes en tête à tête avec mon appareil, puis je devais faire la vaisselle de mon matériel sans compter le temps de préparation/d’installation. Je crois, que je passais entre 3h30 et 4h30 par jour à pratiquer mon tire-allaitement.
    J’avais l’impression de perdre parfois mon temps et de passer à côtés des moments précieux avec ma fille. Cela a été une période difficile et il m’a fallu beaucoup de force et d’énergie pour continuer malgré tout. On pourra dire que je suis un peu (beaucoup) bornée mais je ne voulais pas lâcher mon idée de base : nourrir mon bébé au lait maternel quelque soit le moyen. C’était elle avant tout quitte à négliger bien des choses et ne pas prendre de temps pour moi. Heureusement ce rythme intense n’a pas duré longtemps. Rapidement Mai Lan est passé à 6 biberons puis 5 pour arriver aujourd’hui à 3 mois à 4 repas par jour. De mon côté je me suis relaxée et j’ai pu lâcher un peu prise. Parfois, je sors du lait du congélateur pour m’octroyer un biberon de « confort » et souffler un peu. Aujourd’hui, je consacre entre 1h et 1h30 pour tirer mon lait par jour. Une délivrance et une belle victoire d’avoir tenu le coup pour en arriver là.

    Quand au tire-lait, que je voyais au début comme un ennemi, il est devenu au fur et à mesure mon allié précieux.tire-allaitement avec Mai Lan

    « Je te soutiens. Je suis là pour t’aider. Je suis fier de toi »

     

    Sans le papa de ma fille, tout cela n’aurait pas été possible. C’est lui mon allié n°1. Son soutient a été ma béquille pour tenir debout. Son aide de jour comme de nuit a été mon phare qui m’a permis de garder à l’esprit que des jours plus faciles viendraient. Nous avons tout fait à quatre mains. Je crois que c’est ça aussi la force du tire-allaitement : nous avons tout vécu à deux.
    Pendant les premières semaines de vie de notre bébé nous avions une organisation bien rodée surtout la nuit. Lui s’occupait de la partie couche pendant que sortais le lait du frigo pour le mettre à température ambiante. Pendant qu’il donnait le biberon je m’octroyais un petit tête à tête avec mon tire-lait en vue du prochain repas.

    Heureusement, les semaines ont passé. Maintenant le rythme est moins rude et nous pouvons souffler.tire-allaitement avec Mai Lan

     

     

    « Mais tu as VRAIMENT essayé de la remettre au sein ? Parce que je connais quelqu’un qui […] Tu sais l’allaitement ce n’est pas facile »

     

    Je ne dis pas que l’allaitement est une voie facile. Je connais aussi « des gens qui… » et leur histoire m’impose le plus grand des respects. Je connais également des histoires « de gens qui… » ont vécu une histoire traumatisante avec l’allaitement. Des femmes qui ont connu des moments douloureux pendant cette période de leur vie où elles sont si vulnérables. Nous avons toutes notre seuil de tolérance. Pouvons nous tout accepter, tout supporter pour donner le sein ? Non…

    Je fais partie de ces femmes.

    Je suis heureuse d’avoir trouvé ce compromis et pourtant il m’est encore difficile d’encaisser le jugement des autres. Quand on me demande comment je nourris ma fille je ne sais pas trop quoi répondre. Je me sens honteuse de ne pas être une femme courageuse au yeux de la société. Je suis de celles qui auraient abandonné trop vite, trop tôt. Pourtant, j’ai la sensation d’avoir tellement sacrifié pour donner à ma fille ce qui me semble être le meilleur.

    Avec le temps, j’apprends de plus en plus à laisser couler les réflexions, à ne plus me sentir inférieure à celles qui allaitent et à être fière de mon parcours. Ce dernier n’a pas été évident et si on m’avait laissé le choix il est certain que je n’aurais jamais choisi cette voie. Mais après tout, je crois que c’est un joli aperçu de ce qu’est la vie de parent : il y a ce que l’on espère et… la réalité.
    Je commence doucement à relativiser et à me recentrer sur le principal : je pratique le tire-allaitement depuis trois mois. J’ai tenu le temps que je m’étais fixée et malgré quelques contraintes, finalement je vais continuer encore un peu. Non pas parce que je me sens obligée mais parce que j’en ai envie.

    tire-allaitement avec Mai Lan

    Et pour les futures mamans qui pourraient me lire : n’oubliez pas, il n’y a pas que deux façons pour nourrir votre bébé mais TROIS. Elles ne sont pas incompatibles entre elles au contraire, elles sont même complémentaires. Peu importe pour celle(s) que vous allez pratiquer : VOUS AVEZ FAIT LE BON CHOIX. 

    MERCI à tous mes proches qui m’ont écoutée, soutenue pendant ces trois derniers mois. La réussite de ce désir de nourrir ma fille au lait maternel envers et contre tout c’est grâce à vous. Merci au Petit Chaperon Rose pour les photographies.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    13

    Islande en septembre – Notre voyage en Photographie

    Comme vous l’avez déjà vu sur le blog il y a quelques mois : nous avons visité l’Islande en septembre. Je vous mentirai si je vous disais que je n’avais pas adoré ce pays. Pour tout vous dire, nous avons eu carrément le coup de foudre. Nous sommes tombés amoureux de cette nature sauvage, indomptée et préservée.

    _mg_1066

    Parc Naturel de Pingvellir

     

    Nous avons beaucoup hésité pour partir pendant cette période. La saison d’été est très courte en Islande (juillet/août) et cela correspond forcément au moment où le tourisme est le plus important. La météo est plus clémente, toutes les routes du pays sont ouvertes ainsi que les hôtels/campings. A partir de septembre, le temps devient plus variable, certaines routes commencent à fermer à cause de la neige et les hoteliers baissent parfois le rideau. Quant aux aurores boréales, il faut généralement attendre encore quelques semaines pour espérer en apercevoir. Nous étions donc un peu inquiets en partant mais au final notre expérience a été plus que positive.

    Sur nos 12 jours de voyage nous avons eu une météo très clémente. Bien sûr, le ciel s’est de temps en temps couvert mais globalement le soleil était au rendez-vous. Nous n’avons connu que 3 jours d’alternance de pluie/soleil qui fait la réputation de l’Islande. Par chance, ces journées mitigées sont tombées sur la fin de notre voyage. C’était le moment où notre planning était le plus souple. Nous avons pu nous adapter sans souci et profiter jusqu’à la dernière minute.
    Notre rêve d’apercevoir des aurores boréales a été également satisfait très rapidement. Nous avons pu profiter de ce magnifique spectacle deux fois – bien qu’elles n’étaient pas encore très intenses – et nous en sommes ressortis émerveillés.

    _mg_1537

    Aurore boréale près de Myvatn

    Bon, et puis inutile de vous parler du tourisme. Nous avons croisé des groupes du côté du Golden Circle (autour de Reykjavik) mais une fois dans le nord, l’est et le sud du pays plus personne. Cela nous a vraiment procuré un sentiment de liberté qui a rendu ce voyage encore plus marquant.

    Je vous raconterai très rapidement comment nous avons organisé notre road trip et je vous donnerai également les bons plans découvert là bas. Restez connectés !
    En attendant voici les photographies de notre voyage : Continue reading…

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    11

    Devenir propriétaire (d’un bout de papier)

    Aujourd’hui, j’avais très envie de vous parler d’un autre projet qui a été mis en route il y a quelques mois. Nous avons réalisé notre rêve de devenir propriétaire.
    Bon officiellement ce n’est encore qu’un bout de papier et un emprunt sur plusieurs années. Nous ne l’avons encore jamais vu ou touché. On ne peut que l’admirer à travers quelques plans.

    Cette construction c’est un peu comme une grossesse. J’ai l’impression de devoir me contenter de mon imagination avant qu’on nous donne enfin ce bien qu’on attend. Il y a donc la partie projet, puis la construction (gestation) avant la livraison (accouchement).
    Pour passer du projet au concret, il nous faut patienter encore environ… 9 mois c’est pour dire !

    Alors, où en est le projet ? Pour l’instant, le ménage sur le terrain n’a pas encore été fait. Il reste encore et toujours une vieille maison qui a été désamiantée avant la démolition. Nous attentons avec impatience sa destruction qui devrait arriver dans les jours à venir. Ce sera un peu le feu vert, le top départ, le drapeau agité pour démarrer la construction. A ce moment là, commenceront les choses sérieuses.

    Bon, entre nous on va essayer d’aller (très très très) régulièrement sur le terrain pour voir l’évolution de ce nouveau « bébé ». Nous serons sûrement très impressionnés par l’avancée du projet (qu’on espère rapide).
    Durant les mois à venir, nous avons beaucoup de travail avec la recherche de la décoration notamment. Quel bonheur de pouvoir peindre cette page blanche à notre goût.
    Devenir propriétaire est une sacré aventure et j’avais très envie de la partager avec vous.

    Are you ready ?

    devenir propriétaire

    La maison à démolir

    Rendez-vous sur Hellocoton !