Follow me:

    se réapproprier son corps après la grossesse – Vie de maman

    Cela fait des semaines que je tourne et retourne cet article dans ma tête. J’ai commencé à l’écrire puis je l’ai effacé au moins une dizaine de fois. J’ai envie de parler de ce sujet et pourtant il est si délicat à aborder. J’avoue que j’ai du mal à le faire sans une certaine émotion…
    Comment parler de l’après grossesse ? Comment expliquer que je ne me reconnais plus dans le miroir ? Comment me définir après de tels bouleversements ? Comment se réapproprier son corps après une grossesse ?

    J’ai passé 260 jours soit 8 mois et 16 jours dans le corps d’une femme enceinte et j’ai adoré ça.
    J’ai perdu progressivement mon petit gras pour laisser place à un ventre arrondi ni trop gros ni trop petit. Mes kilos se sont installés de façon harmonieuse en quantité suffisante pour que je sois bien dans ma peau. Là où avant je portais des hauts amples, j’ai commencé à mettre des t-shirts moulants. J’aimais montrer ce nouveau corps. Je l’adorais même si des fois je m’en sentais prisonnière.
    Pour la première fois de ma vie, j’ai remisé mes complexes au placard. J’ai arrêté de penser à mes épaules trop carrées, à mes mollets trop musclés, à mon nez trop long. J’étais juste bien dans ma peau et c’était parfait.

    Bon, inutile de vous dire qu’à un moment donné ma grossesse a pris fin. Mai Lan est née et très rapidement mon ventre s’est résorbé. Les premières semaines après l’accouchement, j’étais heureuse de retrouver ma liberté de mouvement et mes pantalons d’avant. Ce n’était pas parfait mais cela me suffisait. Après tout, cela ne faisait que quelques jours que j’avais mis ma fille au monde.

    Je ne pourrais pas expliquer quand, comment et pourquoi mais cet état de grâce post-accouchement a fini par se dissiper. La petite voix dans ma tête est passée de « cela fait que X semaines que tu as accouché » à  » cela fait quand même X semaines que tu as accouché ». Tout d’un coup je devenais moins indulgente avec moi-même et la désagréable impression de me laisser aller ne me lâchait pas. Même si mon corps était redevenu sensiblement le même quand je me regardais dans le miroir je ne me reconnaissais plus. Pendant des mois, j’avais laissé mes complexes de côté et ils sont revenus au galop pour me gifler en plein visage.
    Pendant cette période, j’ai écumé une quantité incalculable de magasins et essayé des tonnes de vêtements pour m’aider à appréhender cette nouvelle version de mon corps. Rien ne m’allait. Je repartais le moral à zéro, au bord des larmes en maudissant ce que j’étais devenue : une fille avec les épaules d’un nageur du 100 mètres nage libre, des mollets disproportionnés, un nez de Pinocchio et un gras du ventre dégoulinant.
    Dis comme cela, je n’ai vraiment pas l’air jolie n’est-ce-pas ? Mon chéri, je vous l’assure, me grondera en lisant ces dernières lignes. Il me dira « mais c’est dans ta tête » et m’assurera qu’à ses yeux je suis bien la plus belle et que chez moi rien n’a changé.

    Je sais que la vision de mon corps est complètement faussée de la réalité. Seulement, je n’étais pas préparée à vivre un tel chamboulement intérieur. Après tout, j’ai porté un enfant cela ne peut pas se faire sans quelques conséquences physiques et psychologiques. Je suis encore moi mais en différente. Je dois apprendre à appréhender cette nouvelle silhouette.
    Avec le temps, je n’ai pas encore tout accepté mais j’ai décidé d’écrire une nouvelle page. J’ai commencé par changer de magasin de vêtement. J’essaye de changer de style pour ne pas me retrouver déprimée dans la cabine avec toujours les même pièces qui ne me vont pas. Je fais en sorte de ne plus rentrer dans une enseigne qui a un éclairage qui vous rend moche devant le miroir. Je veux me valoriser.
    Après tout, ne suis-je pas une femme active, indépendante, future trentenaire dynamique, maman poule et conjointe au taquet ? Je dois accepter que tout n’est jamais parfait à commencer par moi.

    Alors petit à petit, je me réconcilie avec moi-même.
    Cela fait 6 mois que j’ai accouché. Il me reste encore un peu de chemin à faire mais petit à petit l’image que je vois dans le miroir est de moins en moins déformée. J’apprends à m’accepter.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Je t’aime… mais

    Ma petite fille chérie, je t’aime mais…

    Parfois j’aimerai retrouver un peu de liberté. La journée nous sommes que toutes les deux. Mon monde tourne autour de toi et de notre maison. Je ne peux plus aller où je veux quand je veux. Avec toi tout devient plus compliqué.

    Et puis je te regarde. Tu me souris. Alors j’oublie.

    Parfois, j’aimerai retrouver un peu d’insouciance. Prendre le temps, flâner, boire un café en terrasse. Ne plus me soucier de l’heure et profiter du moment. Vider ma tête de toutes mes obligations.
    Je veux pouvoir prendre le temps de prendre le temps.

    Et puis je te regarde. Tu me souris. Alors j’oublie.

    Parfois, j’aimerai me replonger dans le travail comme avant. Ne plus avoir à jongler toute la journée entre mes deux casquettes ; celle de mère et celle de chef d’entreprise. Malgré tous mes efforts, tu viens empiéter sur mes heures de travail. Tu sais j’adore mon métier. C’est ma bouffée d’oxygène. Rends la moi. Ne me prends pas cela.

    Et puis je te regarde. Tu me souris. Alors j’oublie.

    Ma petite chérie, je t’aime mais…
    Je ne compte pas tout abandonner pour toi. Je ne veux pas me perdre dans mon rôle de maman car je ne serais pas entièrement moi. J’ai besoin de vivre, de rire et de m’épanouir loin de toi, avec ton papa ou seule.

    Ma petite chérie, je t’aime et…
    C’est pour cela que c’est important que tu comprennes qu’on ne s’appartient pas. Tu es TOI. Je suis MOI. S’éloigner ne veux pas dire oublier. Partir un peu ne signifie pas que l’amour n’existe plus. Peu importe ce que je dis, où je suis ou ce que je fais ; toutes mes pensées iront toujours vers toi. Tu m’es si précieuse.
    Tu dois aussi comprendre, que je ne suis pas ton monde. Le bonheur se trouve aussi dans les expériences que l’ont vit seul. Tu as le droit de partir loin de moi et de m’oublier quelque fois. N’aies pas peur et prends confiance. Le monde est vaste et il te tend les bras.
    Je m’éloignerai pour te montrer que toi aussi tu peux le faire. Je veux être capable de te regarder au loin en te sachant pleine de confiance car tu sauras que tu pourras toujours revenir un peu plus tard retrouver mes bras.

    Ris, pleures, cognes toi à la vie.
    Je serais toujours là pour toi.
    Ma petite chérie, je t’aime près ou loin de toi.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Bonjour 2017

    Au revoir 2016.

    Tu as tenu toutes tes promesses et bien au delà. Tu a été riche en rebondissement, en rire, en émotion et en amour.
    Avec toi, j’ai vu mon ventre s’arrondir et je suis devenue maman.
    Rien que pour cela, tu seras toujours une année particulière à mes yeux. Peut être la plus belle que j’ai vécu.

    Tu m’as pris aussi un peu… enfin beaucoup. Tu as emporté un bout de mon enfance en emportant mon dernier grand-parent. J’aurais aimé que tu me le laisses un peu pour que je puisse lui présenter mon trésor. Mais je sais… La vie et la mort n’attendent pas.

    Merci 2016.
    Au revoir.

    Crédit photo : Le Petit Chaperon Rose

    Bonjour 2017.

    Je n’étais pas pressée de te voir arriver. Avec la nouvelle page que tu ouvres, tu fermes définitivement celle d’une année incroyable. J’ai du mal à croire que tu puisses lui arriver à la cheville.
    Je sais cependant qu’avec toi je vais vivre de sacrés moments. Tu verras marcher ma fille et tu l’observeras souffler sa première bougie.
    S’il te plaît, prends soin d’elle pendant tes 365 jours.

    Avec toi, nous allons voyager en Europe et autour du monde. Je suis sûre que toi aussi tu trépignes d’impatience.
    Finalement, tu seras aussi riche en aventure.

    2017, tu sais ton prédécesseur n’a pas été épargné par la folie humaine. N’oublie pas que le fanatisme religieux ne touche qu’une poignée de gens. Garde à l’esprit que la différence est une richesse. Tu ne dois pas en avoir peur. Nourris toi des autres. Sois tolérante et bienveillante.
    2017, s’il te plaît soit l’année de l’ouverture sur le monde et non du replis.

    Bonjour 2017.

    Crédit photo : Le Petit Chaperon Rose

    Je vous souhaite à tous une belle et heureuse année 2017. Prenez soin de vous et de ceux que vous aimez. Merci d’être de plus en plus nombreux à passer sur mon blog. 

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Le début des travaux – devenir propriétaire acte 2

    Comme je vous le racontais précédemment, nous sommes devenus propriétaires d’un bout de papier. Une sacré belle aventure que j’avais très envie de partager avec vous. Depuis quelques semaines les choses ont bougé avec de bonnes et de mauvaises nouvelles.
    On appelle ça les joies de la construction c’est ça ?

    Commençons par le positif. Fin novembre, nous sommes retournés sur les lieux de notre futur chez nous en espérant que la maison sur le terrain était enfin détruite. Et bien, sachez-le, c’est chose faite !
    Nous étions très heureux de ne trouver qu’un tas de gravas. De mon côté, je ne m’attendais pas à être si émue. Notre bout de papier prenait enfin forme.

     

    début des travaux – novembre 2016

     

    Entre temps, nous avons également reçu nos papiers du notaire qui auront mis du temps pour arriver jusqu’à nous. Nous avons rendez-vous très prochainement pour la signature. Le bout de papier sera à ce moment là officiellement à nous !

    La vue de notre prochain chez nous.

    Malheureusement, comme je vous le disais plus haut, nous avons eu la mauvaise surprise de voir la date de livraison repoussée. Nous espérions poser nos bagages chez nous avant que notre fille marche (été 2017) mais nous devrons attendre quelques mois de plus. En somme, nous sommes bien partis pour passer un autre été, un autre automne et un autre hiver dans notre appartement actuel. C’est un peu la douche froide…
    Même si nous vivons dans un F3, nous avons envie d’autre chose, plus grand, sans vis à vis, au calme et surtout… un bien qui nous appartient.

    Je ne vais donc pas me précipiter sur la décoration même si je vais commencer à mettre ici mes inspirations.
    Maintenant, il nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience et attendre… 2018 !

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Wish List de Noël

    Cette année, c’est décidé je me fais une wish list de Noël des cadeaux que j’aimerai m’offrir. Oui oui, vous avez bien lu : je m’offre des cadeaux à moi-même. C’est gratifiant et cela fait du bien au moral. Essayez ; vous allez adorer penser à vous.

    Depuis la naissance de Mai Lan mes goûts et mes envies ont changé. J’ai envie d’être cette maman cool bien habillée et bien dans sa trentaine (qui approche à grand pas). Cette envie de renouveau est venue après mon accouchement où j’ai tout simplement failli jeter tous mes vêtements par la fenêtre pour écrire une nouvelle page vestimentaire. Je craque complètement pour les jupes et les robes pour remplacer mes éternels jeans slims. Pour le moment, je n’ai pas encore trouvé mon bonheur. Cela vient sûrement du fait qu’il me reste encore un tout petit bout de ventre à perdre pour me sentir de nouveau complètement moi.

    Cette wish list de Noël se veut aussi cocooning car depuis quelques jours je souffre beaucoup de mon dos malgré deux séances chez l’ostéopathe. Quoi de mieux que de prendre soin de soi et de sa peau après avoir mis son corps à rude épreuve ? sans-titre-18

     

    Et vous quelle est votre whish list de Noël ? 

    1. Montre rose gold « Mesh » Campina- Kapten & son 179 euros / 2. Sac en cuir M – Maje 195 euros / 3. blouson en cuir BASS – Maje 395 euros / 4. Combi-pantalon noir – Comptoir des cotonniers 210 euros /  5. Contour des yeux à l’avocat – Khiel’s 27 euros / 6. Enceinte Bluetooth grise – Kreafunk 69 euros / 7. Soin massant The comforter – Lush 115 euros / 8. Soin Superdefense SPF 20 peau très sèche à mixte – Clinique 57,95 euros / 9. Pull Mums run the world – Lucky Mum 45 euros

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !