Bébé au quotidien La vie de bébé

Le choix du prénom – Avoir un bébé métissé

3 mars 2018

Notre fille s’appelle Mai Lan. Cela veut dire « fleur d’orchidée » et cela se prononce « Maille Lane ». Elle a les yeux bridés mais ses cheveux sont bruns. Elle a un peu d’Asie et une touche d’occident. Notre fille est Eurasienne. Un doux mélange entre la France et le Vietnam.

Depuis quelques mois, je me dis que cela pourrait être une belle idée d’aborder ici la question du métissage sous tous ses angles. Pour commencer, le choix du prénom.

Le choix du prénom - Avoir un bébé métissé

1. Le choix du prénom

Quand on est un couple mixte, avec deux familles aux cultures différentes et éloignées de plusieurs milliers de kilomètres, il est des questions qu’on doit se poser. Quand je suis tombée enceinte, on nous a souvent demandé quel choix nous allions faire pour le prénom. Allions-nous opter pour un nom français ou alors Vietnamien ?

Forcément, les traditions en matière de prénom sont différentes d’un pays à l’autre. Voici ce qui est appliqué au Vietnam ; tout du moins dans la famille de mon conjoint :

  • Le prénom officiel VS le prénom officieux. 
    L’enfant porte un prénom officiel et un autre qui est un surnom utilisé uniquement par ses proches. Par exemple, le petit cousin de mon conjoint a un prénom sur ses papiers d’identités que j’ignore. Par contre, comme tous les membres de la famille, je l’appelle Messi. Mes beaux-parents m’ont expliqués que c’est une question de superstition. Si l’enfant porte un trop beau prénom, on lui en donne un autre pour éviter de lui porter malheur.
  • Un prénom composé mais découpé
    Les prénoms vietnamien sont généralement composés de deux parties. Dans le cadre familial ou amical, seul le deuxième prénom est utilisé. Dans le cadre professionnel par exemple, il sera utilisé en entier. Dans ce cas là, cela marque une distance et peut être comparé au vouvoiement.
    Si je devais faire un (énorme) raccourci, ce serait comme réduire un prénom comme Jean-Pierre à Pierre dans le cadre familial.
  • Un prénom français pour l’intégration / Un prénom vietnamien pour la tradition
    Nous avons dans notre entourage plusieurs couples soit entièrement Vietnamien mais nés en France ou mixtes comme nous. Certains ont fait le choix de donner un prénom français (officiel) à leur enfant en signe d’intégration et un prénom vietnamien (officieux) pour ne pas oublier ses racines. Cela rejoint un peu le premier point mais ici, on a vraiment la notion de ne pas oublier d’où on vient.

Le choix du prénom - Avoir un bébé métissé

De notre côté, nous avons décidé de ne pas nous mettre la pression quant aux différences culturelles et aux traditions. Nous souhaitions avant tout nous laisser aller au coup de cœur pour le choix du prénom tout en gardant à l’esprit deux impératifs :

  • Le prénom devait se prononcer dans les deux langues afin de ne désavantager aucune famille. Il faut dire qu’un prénom plein de « R » aurait été difficile à prononcer pour un vietnamien. Il est également des sonorité dans cette langue qui sont inaccessibles à la plupart des français (dont moi).
  • Le prénom ne devait pas être trop commun. C’est purement un choix personnel. Nous voulions un prénom unique comme notre fille. Si Mai Lan est très (mais alors très) répandu au Vietnam, ce n’est pas le cas en France où il est considéré comme rare.

 

Le choix de Mai Lan

Ce prénom a été un coup de foudre qui a eu lieu il y a des années. Nous aimions tout, sa sonorité, son écriture, sa traduction. Nous nous sommes jamais formalisés sur le fait que c’était un prénom vietnamien.

Où nous l’avons entendu la première fois ? Ici :

L’écriture du prénom

Le dernier point que j’aborderai ici est la question de l’écriture. Fallait-il opter pour Mai Lan, Mailan, Maï-Lan ou alors Maëlanne qui se prononce légérement différemment et qui vient de Bretagne (oui oui !)

Le choix du prénom - Avoir un bébé métissé

L’écriture en deux mots sans tiret a été assez évidente. Nous voulions garder la forme originale afin de conserver le charme du prénom et donner la possibilité aux proches vietnamiens d’utiliser que la partie Lan. En toute honnêteté, je suis assez peu emballée par l’idée de couper le prénom de ma fille mais je ne m’opposerai pas à la tradition tant que son père et moi le prononçons dans son intégralité.

Petit apparté : en France un prénom composé peut s’écrire avec un tiret ou un espace. Nous avons été un peu bousculés par la personne de l’état civil à la maternité sur ce point là. Si vous êtes confronté à ce cas, ne pliez pas vous êtes dans votre droit. 

Le débat s’est surtout placé du côté du tréma. Cela a été un combat vraiment bizarre pendant ma grossesse. Au début, je le voulais absolument pour rappeler mon prénom et faciliter la prononciation. Mon conjoint y était farouchement opposé. Au milieu de la grossesse, nous souhaitions tous les deux le mettre. A la fin de la grossesse, la tendance s’était inversée. Le choix final m’est revenu et contre toute attente, je ne l’ai pas mis. Ce sera Mai Lan, comme à l’origine, sans chichi, sans francisation. Elle devra peut être souvent reprendre les gens sur la prononciation ou l’écriture mais ce sera elle, mon bout d’Asie jusqu’au  prénom …

 

La Nömade - blog de voyage et de parentalitéMerci d’avoir lu cet article jusqu’à la fin

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply