La vie de Maman Quotidien

Bébé a 18 mois, il est temps de se séparer !

1 avril 2018

Parce qu’avoir un enfant n’est pas une question de mère ou de père. Ici on ne parle pas de maternité ou de paternité mais bien de parentalité. Devenir parent est l’affaire de deux personnes (la plupart du temps) et ce blog est destiné à n’oublier aucun protagoniste dans cette aventure.

Quand on devient parent, il est établi que pendant les premières semaines nous devons rester dans notre bulle et couver ce nouveau-né de toutes nos attentions. Puis, les jours passants, nous devons apprendre à nous détacher petit à petit. Parfois, nous le faisons par choix car l’envie de souffler loin de la maison se fait pressante. Soit on le subit avec la fin du congé maternité/paternité. Dans ces cas là, la séparation est souvent source d’angoisse et sonne comme une déchirure psychologique et physique.

Depuis quelques mois, nous sommes passés de parents présents à parents trop présents aux yeux des autres. La bulle que nous avons construite autour de notre famille nous ne l’avons jamais percé. Notre équilibre familial tient dans cette envie d’être tous les trois, ensemble et c’est tout.

Si je devais parler de mon propre ressenti, je dirais que ces derniers temps j’ai senti une pression s’accentuer. On attendait de moi quelque chose que je n’étais pas prête de faire ; lâcher ma fille. Cela sonne comme une date de péremption qui dit que ça y’est il est grand temps de se séparer. Peut être s’agissait-il d’un compte à rebours qui arrivé à terme nous rappelle que bébé a X mois et que le maternage intensif est fini. Sinon, attention, vous deviendrez trop fusionnelles.

Dans la réalité, couper le cordon n’est pas quelque chose de facile. Ma fille et moi sommes toujours ensemble. Nous avons une relation unique dont je suis très fière. Si aux yeux de la société je suis vue comme une maman poule, une maman fusionnelle, une maman trop présente alors je plaide coupable et sans culpabilité.

Je plaide coupable d’avoir besoin de sentir ma fille près de moi y compris les weekends.

Je plaide coupable d’avoir volontairement ralenti mon activité professionnelle pour être encore plus présente.

Je plaide coupable de ne pas avoir envie parfois de sortir pour rester auprès d’elle.

Je plaide coupable de m’oublier de temps en temps en appelant ça « le sacrifice parental ».

Je plaide coupable d’avoir déjà pleuré parce que finalement je regrettais d’avoir confié ma fille à un proche.

Je plaide coupable d’aller parfois dans sa chambre quand elle n’est pas là et de n’avoir qu’une hâte ; qu’elle revienne.

Je plaide coupable que mon équilibre personnel se trouve presque exclusivement dans ma vie de famille.

Je plaide coupable de câliner, accompagner, protéger, d’entourer ma fille de façon presque continue.

et sans culpabilité… 

mère fusionnelle

Notre équilibre nous le trouvons aussi ailleurs

Je plaide coupable de ne jamais avoir pleuré en laissant ma fille à la crèche parce que j’adore mon lundi et mon mercredi de libre. Parfois j’en profite pour faire la sieste et ça fait du bien.

Je plaide coupable de ne jamais avoir eu de mal à laisser une place à mon conjoint. Nous vivons la parentalité à parts égales.

Je plaide coupable d’adorer sortir en tête à tête avec mon amoureux ou avec mes amis mais que quand j’en ai envie.

Je plaide coupable de ne pas culpabiliser quand je pars travailler parce que j’adore mon job.

Cette relation, je la trouve plutôt saine. Je nous considère pas comme fusionnelle car personne ne souffre de la séparation mais comme étant proches et complices. Dans notre foyer tout le monde a trouvé sa place et vit sa parentalité comme il l’a imaginé. A la naissance de notre fille, certains choix de vie et de carrière se sont présentés à nous. De là, nous avons tranché en fonction de nos envies et de nos contraintes du quotidien. Je n’ai pas envie de me forcer à être moins présente parce que c’est ce que je dois faire. Je ne suis pas trop présente, je ne suis pas là où je dois être ; je suis là où j’ai envie d’être.

 

mère fusionnelle

Merci d’avoir lu cet article jusqu’à la fin


La Nömade - blog de voyage et de parentalité

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Naturallymom 16 avril 2018 at 13 h 48 min

    J’adore cet article <3 profiter à fond lorsqu'elle est la et puis parfois, prendre du temps pour soit sans culpabiliser et en laissant une place au papa : J'approuve trop trop trop ! <3

    • Reply La Nömade 19 avril 2018 at 20 h 41 min

      Merci ma belle

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.